Jean-Claude SENSEMAT à Montréal (Canada).
Nationalité Drapeau de la France Française
Drapeau du Canada Canadienne

Jean-Claude Sensemat est chef d’entreprise et auteur. En 2007 il s’installe au Canada et est naturalisé canadien en 2015.

Situation personnelle

Origines

Jean-Claude Sensemat, né le 14 avril 1951 à Fleurance (Gers) France, est un chef d’entreprise autodidacte. Il naît en France dans une famille dont le père, Joseph Sensemat, est radio électricien (marchand de clôtures électriques[1]) et la mère, au foyer (née Jacqueline Czulowski). Il est fils unique.

Études

Lycée Maréchal Lannes à Lectoure (Gers).

Famille

Jean-Claude Sensemat épouse en premières noces Sompong Valklayong. Ils ont un fils, Laurent Sensemat né en 1985.

Il divorce en 1992 et se remarie en 1999 avec Martine, Maryvonne Rzépécki.

Nationalité

En 2015, il devient citoyen canadien[2].

Carrière

1970 à 2001

En 1970, lors du décès brutal de son père, il reprend la boutique familiale[3],[4] comme artisan électromécanicien avant de créer un groupe d’outillage éponyme[2].

À partir de 1975, il organise des opérations d’import-export avec l’Inde, la Chine, l’Albanie, et les pays du bloc soviétique en utilisant parfois le troc et la compensation. Son groupe d’outillage éponyme devient ainsi fournisseur privilégié des grandes enseignes d’hypermarchés et leader dans son secteur en France, exportant aussi ses produits dans 70 pays à travers le monde.

Dans les années 1990, Jean-Claude Sensemat participe à la création d'emplois (Source: INSEE, page 106)[5] dans le Gers (département essentiellement agricole) et à l'aménagement du territoire en reprenant des friches industrielles[6]. Si le système économique — fondé sur l'achat à moindre coût en Asie ou dans des pays de l'Est puis la revente en occident sous des « labels maison » — est performant, l'image du PDG dans le département est écornée, selon Le Monde, en raison d'un « ego exacerbé » et d'une attitude autocratique[3]. Jean-Claude Sensemat se présente, de son côté comme un autodidacte « mondialiste »[7].

Il structure son groupe d’outillage avec des filiales à l’étranger et notamment avec Atlas Tools (Hong Kong), Sensemat Asia (Taipei – Taiwan), Sensemat Ibérica ( Madrid - Espagne), Sensemat Portugal (Lisbonne), Sensemat Benelux (Bruxelles), Sensemat Asia (Hong Kong)[8].

En 1990, il achète la marque horlogère Lip, alors en difficulté à la barre du tribunal de commerce de Besançon devant Cartier[9],[10],[11].  

En 1992, il acquiert le nom d’Achille Zavatta afin de commercialiser une gamme de jouets[4] mais le suicide du clown marque un arrêt définitif au projet. Suivent Teppaz (accessoires audio) en [12] dont la relance ne viendra pas[13] et Luis Ocana pour les vélos qui n’atteindra pas les objectifs [14]. Sa méthode est toujours la même : vendre des produits sous des marques populaires connues du grand public[4].

En 1997, Jean-Claude Sensemat prépare l’introduction en bourse au second marché de son groupe d’outillage avec le Crédit Agricole et Europe Finance et Industrie (EFI) Louis Thannberger[15]

En , le Groupe Sensemat est placé en redressement judiciaire[16],[17] en raison d’un stock important et de commandes non honorées par la grande distribution.

Au cours de la procédure, un administrateur judiciaire est visé par une information judiciaire pour « trafic d'influence, abus de confiance, recel, et détournements de fonds » après qu'il a détourné des chèques[18],[19]. L'année suivante, le groupe est repris par une société toulousaine[20].

2002

En 2002, il est nommé consul honoraire de la République d'Albanie[21],[22] pour 33 départements du sud de la France.

2007

En , il émigre avec sa famille au Canada[2]. Il fonde à Montréal Gestion Geneen Inc., entreprise de gestion financière et immobilière[1] . Il constitue une Fiducie financière et transige ses titres à la Bourse de New York et de Toronto[2]. Il crée un parc immobilier à Montréal dont la gestion est confiée à sa compagnie[23].

Il est impliqué dans la communauté française en tant que vice-président élu de l’UFE (Union des Français de l’Étranger) et correspondant du corps consulaire de Montréal. Il est actif dans divers Clubs services et clubs d’affaires de la ville. [8],[23].

2016

En 2016, il vend la marque Lip à JLB Brand qui exploite la licence depuis dix ans[24],[25].

Il poursuit le développement de son patrimoine et assure avec sa famille la gestion de leurs biens.

2018

En 2018, il prend des participations dans un centre d’affaires de luxe (1188 Union) au centre de Montréal. Il y achète des bureaux où il fixe le siège social de sa compagnie Gestion Geneen Inc. [8],[23],[26],[27]

2022

Une controverse éclate en 2022. Jean-Claude Sensemat reproche entre autres à SNB de gommer des faits et de réécrire l’histoire Lip en situant la marque exclusivement à Besançon. Cependant, après son rachat par le patron gersois en 1990, Lip a passé 25 ans dans le Gers comme le précise Médiapart et n’a été vendue qu’en 2016[28],[29].

2023

En 2023, il sort un sixième livre : Sensemat–Le Pionnier (publié aux Editions Duroi), dans lequel il évoque ses voyages professionnels depuis 1975 entre l’Inde, Taiwan, la Chine, le Vietnam et les anciens pays du bloc soviétique jusqu’à l’Albanie sous le régime d’Enver Hoxha dont il devient Consul en 2002[27],[30].

2024

En 2024, il travaille à l’adaptation de son livre Sensemat – Le Pionnier à l’écran avec l’intelligence artificielle[1],[30].

Entre 1991 et 2007, il est Conseiller du commerce extérieur de la France[31],[32],[33],[34],[35].

Il est Vice-président de l’Union Patronale du Gers (1988-89), Président-fondateur du comité Gers Unicef[36] (1989-94), Conseiller de la Banque de France du Gers (1994-2000), Vice-président de l'Union des Français de l'étranger à Montréal (2008-11)[8].

Ecriture

Il a écrit plusieurs ouvrages portant sur son parcours professionnel[37]. Il crée Le Français Magazine en 2015[38]. En 2023 il écrit : Sensemat-Le Pionnier[39],[23]

Décorations

  • Chevalier de l'ordre national du Mérite Chevalier de l'ordre national du Mérite (décret du )[40](section 2679).
  • Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de la Légion d'honneur (décret du )[41],[7].

Distinctions

  • 1995 : Manager (Midi-Pyrénées), Le Nouvel économiste[8].

Publications

  • La Patronade, éditions Olivier Orban, 1988[42].
  • Un Moment de Gascogne, éditions La Gascogne, 1997[42].
  • Le Délit d'Entreprendre, éditions de la Mezzanine, 2004[42].
  • Comment j'ai sauvé LIP, éditions Entreprendre Robert Lafont, 2005[42].
  • France quand tu trahis, éditions Duroi, 2013[43].
  • Sensemat–Le Pionnier, éditions Duroi, 2023[39].

Presse – Directeur de publications

2004-2006

Toulouse capitale : journal d'information de Toulouse et de Midi-Pyrénées / [dir. publ. Jean-Claude Sensemat] "Toulouse capitale"[42]

Périodiques et collections

1999-2000

Le Capitole[42] : journal trimestriel d'information / [dir. publ. J.-C. Sensemat] Éd. La Gascogne

1995-2000

La Gascogne[42] : journal bimestriel d'information / [dir. publ. J.-C. Sensemat] La Gascogne

Notes et références

  1. Revenir plus haut en : a b et c Charles Mathieu-Dessay, « Jean-Claude Sensemat, Américain sans filtre », boudulemag.com,‎ (lire en ligne)
  2. Revenir plus haut en : a b c et d Vincent Couet-Lannes, « Consul d’Albanie, ami de Pierre Cardin, entrepreneur dans le Gers puis au Canada : les 1001 vies de Jean-Claude Sensemat » », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Revenir plus haut en : a et b « P O R T R A I T Le système Sensemat à l'épreuve du temps En rachetant la marque horlogère Lip, Jean-Claude Sensemat, jeune PDG d'un groupe gersois spécialisé dans l'outillage, poursuit la course de fond engagée depuis vingt ans », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Revenir plus haut en : a b et c « ACTUALITE LE CIRQUE Le clown et le quincaillier marques », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  5. Ghislaine Calvarin et Brigitte Doguet, L'emploi départemental et sectoriel en 1998, INSEE, (lire en ligne), p. 106
  6. Jean Baudot, « Sensemat oriente sa stratégie vers le Sud-Est asiatique », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  7. Revenir plus haut en : a et b « Le touche-à-tout a réussi », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  8. Revenir plus haut en : a b c d et e « Jean-Claude Sensemat », sur www.whoswho.fr
  9. « La société Lip est rachetée par le groupe gersois Sensemat », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  10. « La société Lip définitivement acquise au groupe Sensemat. », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  11. « Une certaine idée de la montre : comment Lip a su changer le cours du temps et revenir au premier plan. », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  12. « Après Lip, Sensemat rachète Teppaz. », liberation.fr,‎ (lire en ligne)
  13. Pierre Mathieu, « Comment le Teppaz est devenu gersois », sur ladepeche.fr,
  14. Charles Gautier, « La seconde vie des marques », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne)
  15. P. B.-B., « Sensemat va entrer au second marché », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Le groupe Sensemat en règlement judiciaire », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  17. « OUTILLAGESensemat victime de ses stocksDes stocks pléthoriques et un bras de fer avec les banques ont mis à mal le distributeur d'outillage. La poursuite de l'activité est incertaine. », usinenouvelle.com,‎ (lire en ligne)
  18. « L'administrateur judiciaire est en prison », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  19. « Toulouse: un administrateur écroué. », liberation.fr,‎ (lire en ligne)
  20. Laurent Marcaillou, « Le groupe d'outillage Sensemat cédé à la société toulousaine Cargo », sur Les Echos,
  21. « Exequatur accordés à des consuls », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  22. « Jean-Claude Sensemat consul d'Albanie », sur ladepeche.fr,
  23. Revenir plus haut en : a b c et d Alice Drout, « L’incroyable odyssée de Jean-Claude Sensemat, du Gers à l’Amérique », entreprendre.fr,‎ (lire en ligne)
  24. Christophe Zoia, « Lectoure. Lip : les ambitions du nouveau patron », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  25. « Les montres LIP changent de bras », loutardeliberee.info,‎ (lire en ligne)
  26. Jean-Pierre Espiau, « Jean-Claude Sensemat Une-réussite exceptionnelle au Québec ! », lejournaldugers.fr,‎ (lire en ligne)
  27. Revenir plus haut en : a et b « Le destin exceptionnel de Jean Claude SENSEMAT raconté », placedelabourse.fr,‎ (lire en ligne)
  28. « 1973 : le combat historique des Lip (5/6), Les pérégrinations de la marque », mediapart.fr,‎ (lire en ligne)
  29. Benjamin Jérôme, « Une certaine idée de la montre : comment Lip a su changer le cours du temps et revenir au premier plan », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  30. Revenir plus haut en : a et b Vincent Couet-Lannes, « Originaire de Fleurance et naturalisé Canadien, l’homme d’affaires de 72 ans se raconte dans un ouvrage publié en 2023, qu’il souhaite désormais adapter sur grand écran. », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  31. « Décret du 18 avril 1991 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  32. « Jean-Claude Sensemat reconduit conseiller du commerce extérieur. », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  33. « Décret du 30 mai 1994 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  34. « Décret du 30 septembre 1997 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  35. « Décret du 16 février 2004 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  36. « Le Monde Diplomatique, 1990, France, French », archive.org,‎ (lire en ligne)
  37. « Jean-Claude Sensemat : du cauchemar français au rêve américain », loutardeliberee.info,‎ (lire en ligne)
  38. Charlotte Lopez, « Le Français Magazine de Jean-Claude Sensemat, pour les Français du monde entier », sur L'Outarde Libérée,
  39. Revenir plus haut en : a et b « BANQ Catalogue », sur Bibliothèque et Archives nationales du Québec
  40. « Décret du 25 février 1989 PORTANT PROMOTION ET NOMINATION (ORDRE NATIONAL DU MERITE) », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  41. « ORDRE DE LA LEGION D'HONNEUR Décret du 3 avril 1996 portant promotion et nomination », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne)
  42. Revenir plus haut en : a b c d e f et g « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr
  43. « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr

Mise en ligne le 12 mai 2024